Un peu d’histoire

Le père de l’aromathérapie moderne fut Mr Gattefossé, pharmacien, qui découvrit la puissance des huiles essentielles en soignant, par hasard, son bras brûlé avec de l’huile essentielle de lavande au début du 20°siècle.

  • Puis le docteur Jean Valnet, avec une longue expérience auprès des militaires, développe l’aromathérapie dans les années 1960.
  • Puis Pierre Franchomme, biologiste, et le docteur Penoël développèrent de nombreuses recherches grâce à l’aromatogramme: méthode qui permet d’observer le comportement des bactéries vis-à-vis des huiles essentielles.
  • Parmi les 800 000 espèces botaniques seules, 200 à 300 espèces sont utilisées  en aromathérapie car beaucoup d’essences et leurs propriétés sont encore peu connues, et certaines sont toxiques.
  • Depuis, grâce à de nombreux scientifiques, la recherche est très active dans ce domaine.
  • Les plantes aromatiques sécrètent naturellement des molécules aromatiques (essences) par leurs organes sécréteurs à savoir, les poils glandulaires, les canaux à essence ou les poches à essence, selon les plantes.
  • Ces molécules aromatiques sont très petites, très volatiles et très actives, ce sont des métabolites secondaires que la plante sécrète à la dernière étape de la photosynthèse.

Comment les obtient- on ?

A l’aide d’un alambic, par distillation à la vapeur d’eau, lente et prolongée, des différents organes sécréteurs (feuilles, fleurs, tiges, racines, écorces, semences, selon les plantes), on va obtenir :

  • de l’huile essentielle (H.E), très concentrée en principes actifs: molécules aromatiques très petites, très volatiles et très actives, et, solubles dans de l’huile végétale.
  • et de l’eau florale, ou hydrolat  avec les mêmes principes actifs que l’huile essentielle, mais beaucoup moins concentrés (environ 5%), et d’autres principes actifs hydrosolubles que l’on ne retrouve pas dans l’huile essentielle. Les hydrolats sont très utilisés en cosmétique.

Les rendements sont très différents selon les plantes, ce qui explique les différences de prix, exemple:

  • Il faut 4000 kg de pétales de rose pour obtenir 1 kg d’H.E de rose.
  • 50 kg de lavande pour 1 kg d’H.E de Lavandula angustifolia, d’où les différences de prix des petits flacons d’H.E.
  • 1 tonne de fleurs d’oranger amer pour obtenir 1 kg d’huile essentielle de néroli.

flacons HE

Étiquettes : , ,

Soyez le premier à réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour vos questions personelles, vous pouvez me contacter en privé