Quelques règles de prudence concernant les plantes sauvages et les plantes cultivées de nos jardins.

  • La présence de plantes toxiques fait partie de la nature, à nous d’apprendre à les reconnaître, à les repérer en faisant des sorties botaniques en présence de botanistes avertis, et dans le doute, comme pour les champignons, se renseigner sur la toxicité de la plante. Depuis, le retour au tout naturel,  la vigilance s’impose (14% des intoxications sont dues aux plantes).
  • Les intoxications dues aux plantes concernent surtout les jeunes enfants et parfois les animaux. Il faut donc protéger les tous petits, et apprendre aux enfants que toutes fleurs ou plantes ne sont pas bonnes à toucher ou à ramasser, que les tous petits fruits rouges, noirs, blancs ou verts ne sont pas bons à manger.
  • Dans la flore française, seules une quinzaine de plantes sont vraiment très toxiques, une cinquantaine sont toxiques à fortes doses et une centaine de plantes sont faiblement toxiques. Il faut noter que les principes actifs de certaines plantes toxiques ont souvent servi de base à de grandes découvertes pharmaceutiques ainsi la digitale (la digitaline), médicament de l’insuffisance cardiaque et des troubles du rythme, la belladone, Atropa belladonna (l’atropine, la scopolamine) médicament à large spectre, antispasmodique, en ophtalmologie permet la dilatation de la pupille, ainsi que le pavot à opium, Papaver somniferum (la morphine, la codéine, la papavérine)…
  • Pour les autres plantes non toxiques, tout dépend de la dose. Si l’on prend l’exemple d’une excellente plante aromatique commune, comme le thym, Thymus vulgaris, non toxique, sa consommation quotidienne, et sur du long terme, va entraîner des troubles de la thyroïde. Paracelse, médecin Suisse du 16°s, déclarait «Tout est poison, rien n’est poison, c’est la dose qui fait le poison».
  • Le degré de toxicité varie d’une plante à une autre, tous les organes de la plante ne sont pas forcément toxiques. Pour certaines plantes, ce peut être la racine, les fleurs, les fruits ou les graines qui sont toxiques,  pour d’autres plantes, tous les organes peuvent être toxiques.

Les plantes vraiment très toxiques:

  • L’aconit tue-loup, Aconitum lycoctonum, l’aconit des Alpes ou l’aconit panaché, famille des Renonculacées, les feuilles sont palmées, les fleurs sont jaune pâle, une espèce voisine avec des fleurs violettes velues. D’autres espèces d’aconits, comme l’aconit napel sont tout aussi toxiques. C’est une plante vivace de montagne, elle se rencontre entre 900 et 2000 mètres d’altitude et porte des feuilles très découpées alternes. En été, elle porte un long épi de fleurs bleues. Si les abeilles butinent les fleurs, le miel sera toxique pour les humains.

aconit tue loup Aconitum lycoctonum Renonculacees 2 aconit tue loup Aconitum lycoctonum Renonculacees Aconit tue loup Acunitum lycoctonum Renonculacees 2 aconit tue-loup

  •  L’actée en épi, Actea spicata, famille des Renonculacées: plante vivace se rencontre dans les forêts de montagne jusqu’à 2000 mètres d’altitude, les fruits sont des baies noires à maturité. Elle pousse dans le même environnement que les myrtilles et les framboisiers sauvages. Prudence  donc lors des cuillettes sauvages.
  • L’anémone des jardins, Anemone hortensis, et l’anémone à fleurs de narcisse, Anemone narcissiflora: famille: Renonculacées, n’est présente qu’en montagne, également la pulsatille des Alpes, pulsatille commune, pulsatille soufrée…

anemone des jardins  anemone a fleurs de nacisse, Anemone narcissiflora, Renonculacees  pulsatille des Alpes Pulsatilla alpina Renonculacees 3 Pulsatilla montana

  •  Les arums: famille des Aracées: arum, gouet, (Arum maculatum: sur sols humides, forêts de feuillus), l’arum tacheté (présent dans toute la France sauf en Méditerranée), le gouet d’Italie (fréquent dans le sud de la France), l’arum mange-mouches, Helicodiceros muscivorus, que l’on trouve sur les îles Lavezzi,  l’arum peint se rencontre en Corse, l’arisarum: plante vivace du bord de mer, la serpentaire très présente autour de la méditerranée,  Les espèces de cette famille produisent des baies rouges très toxiques.

Fruit de l'arum  Arum mange-mouches,Helicodiceros muscivorus Arum mange mouches, Helicodiceros muscivorus Aracees 2 Arisarum Arisarum vulgare

♦  De nombreuses plantes d’appartements de cette famille sont toxiques en particulier les plantes dépolluantes comme par exemple: l’anthurium, le spathyphyllum, l’arum cultivé

anthurium,flamant rose fleur d'anthurium fleur de spathiphylum Arum Giensarum

♦  La belladone, Atropa belladonna: famille des Solanacées, plante vivace, peu commune, se rencontre en moyenne altitude près de l’épilobe et du framboisier. Les fruits sont des baies noires à maturité en été et très toxiques.

♦ La morelle velue, Solanum villosum, famille: Solanacées, les fruits toxiques à maturité sont oranges, se rencontre en Corse et dans le Var, très proche de la morelle noire, Solanum nigrum, les baies sont rougeâtres ou jaunâtres. Le Datura, Brugmansia, la Jusquiame noire, Hyoscyamus niger, la jusquiame blancheHyoscyamus albus.

Morelle velue, Solanum villosum, Corse datura jusquiame blanche

 ♦ La bryone dioïque, famille des Curcubitacées, plante commune dans toute la France jusqu’à 1200 mètres d’altitude. Elle s’accroche aux buissons. La mormodique, Ecbalium elaterium, plante vivace méridionale munie de poils rudes, que l’on rencontre dans les terrains incultes.

♦ D’autres plantes vendues couramment par les fleuristes et les jardineries: l’hellébore ou rose de Noël cultivée, famille: Renonculacées, le muguet, Convallaria majalis, famille: Liliacées, , le laurier-rose rouge ou blanc: famille: Apocynacées, l‘if, Taxux baccata, famille: Taxacées

Rose de noel  muguet Fleurs de laurier-rose Laurier rose, blanc  taxus baccata

♦  Autres plantes toxiques rencontrées dans la nature:  l’hellébore fétide, Helleborus foetidus, famille: Renonculacées (Puy-Saint-Pierre, au-dessus de Briançon), le colchique d’automne, Colchicum autumnale, famille: Liliacées, le vérâtre blanc, Veratrum album, famille: Liliacées, le cyclamen pourpre, Cyclamen purpurascens, famille: Primulacées et la parisette, Paris quadrifolia, famille: Liliacées, commune en moyenne montagne dans les bois de hêtre.

helleboresPuy saint pierre héllébore fétide colchique veratre verdissant, veratrum lobelianum cyclamen

♦ Également dans la famille des Liliacées: le sceau de SalomonPolygonatum odoratum, les fruits noirs sont responsables de troubles digestifs et cardiaques parfois graves, pouvant être mortels lors de l’empoisonnement d’enfants.

sceau de Salomon sceau de Salomon sceau de Salomon

♦ Dans la famille des Apiacées: la grande ciguë, Conium maculatum, la férule, Ferula communis, la petite ciguë, la berce du Caucase, Heracleum mantegazzianum.

cigue Ferule

♦ Dans la famille des Polygonacées: la rhubarbe, genre Rheum, les feuilles sont toxiques.

♦ Dans la famille des Scrofulariacées: la digitale, Digitalis purpurea (Haute-Loire et Corse), la Digitalis lutea (présente dans le Briançonnais) et la gratiole, Gratiola officinalis.

digitale Digitale pourpre, Digitalis purpurea ss gyspergerae digitale a grande fleurs Digitalis lutea 20 digitale a grande fleurs Digitalis lutea 6

♦ La famille des Euphorbiacées: le ricin, Ricinus communis, famille: Ericacées: le rhododendron ferrugineux. Dans la famille des Fabacées: le cytise aubours, Laburnum anagyroides, commun en moyenne montagne sur des sols calcaires,trés visité par les abeilles qui y butinent un nectar abondant, plante très toxique (les fleurs et les graines), et le robinier faux-acacia, Robinia pseudacacia, l’écorce, les feuilles, les graines et les fruits sont toxiques mais pas les fleurs qui sont très méllifères.

ricin rhododendron alpin  cytise des Alpes Laburnum alpinum Fabacee 2 robinier faux acacia

♦ Dans la famille des Thyméleacées, les daphnés comptent de nombreuses espèces dont les baies sont très toxiques: daphné garou (arbrisseau des garrigues méditerranéennes et des sables atlantiques), daphné caméléedaphne cneorumdaphné bois gentil, daphné des Alpes, daphné à feuilles de laurier.

Garou, Daphne daphne camelee Daphne cneorum Thymelaeacees 

♦ Dans la famille des Cupressacées, le genévrier sabine, Juniperus sabina (dans les Hautes-Alpes et dans les Pyrénées) et le genévrier de Phénicie, Juniperus phoenicea (en Corse et en Camargue), les feuilles sont disposées en écailles imbriquées contrairement au genévrier commun, non toxique, qui possède des feuilles avec une bande blanche et le genévrier cade, deux bandes blanches sur ses feuilles.

genevrier genevrier

Toutes les plantes toxiques ou peu toxiques ne sont pas mentionnées dans cet article. En cas de doute sur la toxicité d’une plante, mieux vaut s’informer auprès du centre anti-poison de la région ou auprès de personnes compétentes (www.centre-antipoison.fr).

Étiquettes : , , , , , , , , , ,

Soyez le premier à réagir

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour vos questions personelles, vous pouvez me contacter en privé