Le « stress » est un terme fréquemment employé dans le langage courant pour signifier que des tensions supportées par la personne peuvent générer différents troubles physiologiques ou psychologiques.

Mais, le stress n’est pas que cela, il fait partie intégrante de la vie, il constitue une composante vitale nécessaire à la vie. Il est positif quand il nous lance vers de nouveaux projets, dans la mesure où il est bien géré et maîtrisé, et qu’il ne s’installe pas dans la durée.

La biologie du corps humain est en permanence en mouvement et s’adapte, à tout moment, à son environnement, à ses émotions, aux pressions extérieures, c’est ce que l’on appelle l’homéostasie (constance du milieu intérieur).

Mais quand le stress devient chronique, indésirable, non maitrisé et qu’il ne laisse pas le temps à l’organisme de s’adapter, alors il devient toxique: une série de réactions physiologiques en cascades va affecter la personne dans tout son être, ayant un impact sur les systèmes: endocrinien, immunitaire et nerveux (les piliers de l’homéostasie), puis un impact sur tous les autres systèmes (digestif, respiratoire, cardiovasculaire…). La personne s’épuise et risque de ne plus pouvoir endiguer les répercussions des tensions. Dans le monde du travail, on parle de « Burn out »: épuisement professionnel, le stress n’est plus contrôlable, il ne peut plus être dominé.

Au début du XXe siècle, l’endocrinologue d’origine austro-hongroise puis canadienne, Hans Selye est l’un des premiers chercheurs à s’être intéressé au stress: réponse défensive d’un organe menacé. Il décrit le stress comme un syndrome réactionnel endocrinien, comportant 3 phases consécutives:

  • Phase d’alarme: le rythme cardiaque et le taux de sucre sanguin augmentent
  • Phase de réaction, de résistance, d’adaptation: surconsommation de micronutriments (anti-oxydants) pour lutter contre la production de radicaux libres
  •  Phase d’épuisement, perte de contrôle,  fatigue intense…

Hans Selye a travaillé sur les animaux et sur l’homme. Il a pu constater que la soumission des animaux au stress entraîne une modification hormonale. Les principales réactions au stress continu et répétitif sont des réactions hormonales et organiques qui entraînent des perturbations sur nos cellules.

Les causes:

Dans notre société moderne, les facteurs de stress chronique sont nombreux:

  • Facteurs physiques: les contraintes sociales actuelles, précarité de l’emploi, les emplois du temps surchargés, surmenage physique et intellectuel, la pollution environnementale (les pesticides et insecticides), l’alimentation moderne avec trop de sucre, trop de sel, la contamination des aliments par les polluants et les additifs, les médicaments, les radiations, le bruit…
  •  Facteurs psychologiques: le harcèlement moral au travail, la peur de perdre son emploi, le manque de reconnaissance, le doute, les conflits familiaux, les épreuves de la vie (divorce, insécurité, décès…), mauvaise gestion des émotions, le défaut d’activités épanouissantes, ne pas vivre en accord avec soi-même…

Les études montrent que l’action d’un stress continu accélère le vieillissement cellulaire et fragilise le système immunitaire. La multiplicité des facteurs de stress contribue au développement des maladies et complique le diagnostic pour une bonne prise en charge de l’individu. D’autant que le stress, quel qu’il soit, va avoir un impact différent sur chaque individu, chacun ayant sa propre physiologie, sa propre réponse aux stimuli externes.

Le diagramme, ci-dessous, décrit les conséquences du stress continu et répétitif sur le plan physique et psychologique. Les glandes surrénales libèrent du cortisol en permanence ce qui entraîne, à terme, un épuisement des glandes surrénales, un épuisement des ressources individuelles et une série de réactions biologiques en cascade.

Le cortisol, comme l’adrénaline, est une hormone spécifique qui intervient dans la gestion du stress.

diagramme du stress

Des chiffres: une étude de janvier 2014 du cabinet d’experts Technologia, estime que 12,6% de la population active en France présentent un risque élevé d’épuisement professionnel.

Suite: Le stress: prévention et solutions naturelles

      

Étiquettes : , , , , , , ,

Une réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour vos questions personelles, vous pouvez me contacter en privé