Prêle, prêle des champs, Equisetum arvense, famille: Équisétacées

Rhumatisme, consolidation des fractures, ostéoporose, décalcification, ongles et cheveux cassants

Noms régionaux: queue de cheval, queue de renard, petite prêle…

  • Originaire d’Europe, on la rencontre jusqu’à 2500 mètres d’altitude, dans les terrains siliceux, sablonneux et humides.
  • Plante herbacée, vivace, sans fleurs, de 20 à 60 cm de hauteur, possède deux sortes de tiges: des tiges stériles et des tiges fertiles.
  • La partie utilisée est la tige stérile, ramassée de juin à août.

 

Principes actifs:

La prêle est surtout très riche en silice, (organo-soluble), elle contient également du potassium, du calcium, du magnésium, du soufre, du phosphore, du zinc, du manganèse, du sodium, du fer, de la vitamine C, et des  dérivés flavonoïques: du quercétol.

Le rôle de la silice:

  • Agent de synthèse, de réparation du tissu conjonctif et du cartilage.   
  • Stimule les fibroblastes et les ostéoblastes (cellules des os).     
  • Favorise l’assimilation du phosphore, la fixation du calcium et agit sur l’équilibre calcium/magnésium, renforce donc la croissance des os.  
  • Assure le développement des phanères, l’élasticité artérielle et la réparation tissulaire (prévention des vergetures). 
  • La silice est indispensable au développement embryonnaire et à une croissance normale.

Propriétés:

Diurétique, antirhumatismale, reminéralisante, anti-inflammatoire et antalgique, effet hémostatique en application locale.

Indications:

  • Rhumatisme, consolidation des fractures, ostéoporose, décalcification, ongles et cheveux cassants, aussi cystite et goutte.
  • La prêle entre dans la composition des crèmes utilisées pour lutter contre les vergetures, et aider à la prévention des rides.

Usages:

Poudre de plante sèche: 1,2 g. La prêle existe aussi en cachets, en gélules, en teinture mère ou en extrait fluide.

Aux doses recommandées, il n’y a pas de précaution d’emploi. Elle est vendue en pharmacie, et les parties aériennes stériles sont inscrites à la pharmacopée française, avec une monographie de contrôle. Cependant, la prêle est à déconseiller pendant la grossesse, en cas de troubles hépatiques et cardiaques.

Ne pas la confondre, avec la prêle des marais, Equisetum palustre, qui est une plante toxique, à cause de la présence d’alcaloïdes (palustrine, spermidine).

Étiquettes : , , , ,

Une réaction

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pour vos questions personelles, vous pouvez me contacter en privé